La langue des oiseaux !

Ce langage s'apparente à celui de l'âme, il se différencie par son usage. C'est un langage utilisé plus fréquemment dans le quotidien contrairement à celui de l'âme qui n'est utilisé que par des personnes que l'on qualifiera de spirituelles.
Le langage de l'âme est Céleste, celui des oiseaux est terrestre.
Honneur aux volatiles donc, tel que leurs noms l'indiquent est : volatile, sa forme sous-jacente, indique le pouvoir de s'envoler de leurs ailes et par leurs légèretés.
Par principe se volatiliser c'est, disparaitre ou être transparent, donc échapper au monde trompeur des apparences.
Échapper aux apparences et disparaitre, c'est avoir découvert la vérité, autrement dit, c'est oter, enlever le voile ou l'ombre qui recouvre cette vérité.
Ça c'est pour l'explication de la présence du volatile dans cette section...
La proximité du langage des oiseaux avec celui de l'âme, se différencie donc par un usage plus quotidien, il est dans toutes les conversations de notre réalité matérielle.
Ce sont tous les termes qui désignent les objets familiers, que ce soit ce que l'on porte, manipule, que l'on écrit ou simplement dans les banalités d'une conversation.

Langage des oiseaux

Le langage des oiseaux, que signifie cette expression ?
Le terme langage peut s'écouter de cette sorte : l'en-gage, du verbe engager, cela veut dire que chaque son qui sort de notre bouche est un engagement.
Cet engagement vaut que ce soit vis-à-vis de nous-mêmes, comme pour le monde extérieur.
Quant à oiseaux, on pourrait écrire de sa plume ceci : oies-eau.
Oies du verbe ouïr qui est un verbe du troisième groupe, sa signification n'est autre que : écouter, entendre. Oies est ici conjugué au subjonctif.
Quant à la sonorité du mot : -eau- on entend clairement : Haut.
Haut étant dans l'inconscient collectif, les voix célestes, mais plus prosaïquement c'est notre âme incarné ici-bas ou esprit, situé hiérarchiquement au sommet du corps.
Symboliquement les oiseaux sont volatiles, ils échappent aux conditions terrestres qui nous semblent si difficiles à vivre.
Résumé : le langage des oiseaux, c'est un chant qui provient du haut, qui une fois transposé à notre réalité quotidienne signifie l'importance d'écouter notre âme.

Air

Lorsque l'on pense à l'air, on pense en premier à celui que l'on respire.
L'air n'est pas qu'un amas chimique gazeux, composé d'atomes de diazote et dioxygène, c'est avant tout ce que l'on respire, ça c'est pour notre mental friand d'apparence.
Pour notre esprit, l'air est une source d'information que celui-ci transporte.
Songez au son qui nous parvient jusqu'a nos tympans, ses vibrations, via l'organe de Corti (oreille interne) les transformes en signaux éléctrique, que le corps intèrpréte en émotions et les expulses par les cordes vocales (la parole) et le cas échéant par la gestuelle lorsque le vocabulaire est absent ou l'émotion trop intense (survolté, pétage de plomb...)pour être controler par la conscience.
D'où les expressions suivantes :

  • il n'as pas l'air comme ça...
  • il avait pas l'air de...
  • il manque pas d'air...
  • etc.

Arme, armé

Une armés, ce n'est jamais que le pluriel d'arme, une arme, ou le son âme est infiltré d'un air (information) trés agité qui provoque l'émotion de la colère, la haine, l'envie de tuer...
Qui sème le vent (l'air) récolte la tempête.

Automne

Ce terme se définit comme ceci : eau-tonne, tonne du mot tonnerre, qui lui s'écrit tel qu'on l'entend :
t-eau-n-aire. : le T est la représentation de l'élément terre à laquelle l'eau et l'air se mélangent par le biais de N ou haine, et explose sur la terre.
Pour rappel, les éléments eau et air, sont des symboles qui appartiennent au haut, au ciel, à l'absolu, etc.
Autrefois les hommes redoutaient le ciel, lors de violents orages, l'homme priait pour calmer la colère, de ou des dieux.
Aujourd'hui, tout cela est qualifié de superstition moyenne-ageuse, et pourtant nous n'avons toujours aucune maîtrise sur ces orages et nous continuons d'être impressionné par cette explosion lorsque l'orage ou l'eau-rage, gronde au-dessus de nos têtes.
Certes, nous avons compris son mécanisme et ces effets, mais, qu'en est-il de son sens !?
N'est-ce- pas un élément qui a cette capacité de stopper certaines activités sous sa menace, d'obliger les hommes à se mettre à l'abri, c'est impressionnant comment un orage peut calmer l'agitation humaine.

Ceder

Céder ou s'aider, céder est un acte ou fait qui permet d'aider celui qui ne veut pas céder ou lâcher.
Dans un débat, conversation ou situation conflictuelle, celui qui cède n'est pas toujours le plus faible ou le plus lâche, mais plutôt celui qui recherche la fluidité.
Contrairement à celui qui ne veut pas céder, qui ne veut pas s'aider, que la remise en question s'arrête, soit par manque d'idée ou par manque de volonté parce qu'attaché au passé.

Chapeaux

Chat-peaux, et oui à une certaine époque, on récupérait la peau des chats morts pour en faire un élégant accessoire pour, chat-poter nos têtes.

Chef-d'oeuvre

Oeuvre : contraction du terme oeil et du verbe ouvre (ouvrir). C'est l'oeil-ouvert (la conscience) qui perçoit la beauté...
Le terme Chef qui provient du latin signifie : la tête, siège du mental qu'il faut ouvrir pour laisser l'esprit se nourrir de la beauté.
La tête s'ouvre, l'oeil voit et l'âme se nourrit.

Création ou Réaction ?

Une réaction c'est recommencer une action, ce qui est le contraire de son anagramme qu'est la : création.

Con

Con est probablement le terme le plus populaire dans le jargon quotidien.
Mot dit polysémique : qui possède plusieurs sens.
S'il est souvent utilisé sous sa forme latine qui signifie "avec"; a son origine, il désigné le sexe de la femme, cette définition est toujours d'actualité en médecine.
C'est pendant l'époque des maisons closes ou sous l'appellation plus connue de : bordel, qu'il prendra une connotation vulgaire.
Les maisons closes étaient fréquentées par la classe bourgeoise, dont ces messieurs par trait d'humour, utilisaient volontairement le mot con qui était à l'époque un terme savant pour être compris par les prostituées qui étaient considérées comme sottes ou idiotes pour comprendre l'expression.
Les dérivés comme enconner : pénétrer vaginalement et son contraire, déconner signifiant se retirer ont perdu ce sens. Enconner a pratiquement disparu du langage, quant à déconner il a pris le sens de la dérision.

Concombre

Concombre: ils n'avaient pas que l'esprit humoristique, ils étaient également très misogynes (les linguistes) : con-combre, con étant le symbole du féminisme ce à quoi, il impose à la femme la soumission(Cambre) de par la forme et la taille du légume.

Connaissance

Connaissance dans ce paragraphe du langage des oiseaux, ce terme prend une tournure et un sens de la dérision.
Con-naissance, quoi de plus naturelle que de venir au monde par le passage du vagin.
Venir au monde est l'expérience même, tout commence par les douleurs de l'accouchement...

Conscience

Conscience : con étant le sexe de la femme (voir plus haut).
Science est l'étude des phénomènes de la vie, on pourrait résumer cela à : si la connaissance est ce qui est expérimentée, son opposée est la théorie.
La science poursuit en parallèle les deux procédures.
L'expérience scientifique et plus souvent celle menée en laboratoire, elle est limitée par le nombre d'interactions qui existent entre les éléments qu'elle soumet à cette expérience.
À l'échelle réelle, l'environnement et plus ouvert et plus riche, ce qui favorise l'interrelation.
La théorie est confrontée à la même problématique, elle demeure un savoir, puisque non confronté au réel.
La véritable science est celle que l'on porte intrinsèquement en nous et c'est par le vécu (l'expérience) via la sensibilité que l'on confronte ce que nous recherchons intérieurement avec le monde extérieur.
La complexité du réel nous renvoit sans cesse à limite de notre observation.
Nous ne possédons pas tous les éléments qui demeurent cachés (le mystère) pour que le résultat d'une recherche soit érigée en con-naissance absolue ou ultime, c'est une évolution constante.
La vie est une continuelle chasse au trésor qui de plus est, dissimulée à travers tout notre univers, aussi bien intérieur qu'extérieur.

Converge

Converge ou converger est très subtilement construit.
Con-verge, vous reprenez la définition de con (sexe de la femme) et de verge (sexe masculin) et vous obtenez une fertilité que seul un verger peut offrir.
La convergence de l'un vers l'autre est tout ce qui a de plus naturel.

Douleur

Ressentir, c'est définir la douleur, oui parfois ça fait vraiment mal, voir très mal !
Le mot nous indique que l'on, s'est trempé, commis une ou des erreurs.
Douleur c'est d'où-leurre, un leurre est une apparence, un piège dans lequel nous tombons en raisons de nos croyances, de nos epoirs, nos illusions, issus de nos éducations, nos cultures, celles que l'on nous as transmises et qu'il serait temps de remettre à jour par nos propres expèriences.

Élément

Un élément est un constituant d'un ensemble et qui lui-même est formé par des éléments. Autrement dit, c'est une brique de base faite d'atomes.
Lors d'une description d'une chose, nous disons c'est, élémentaire, pour signifier ce qui est premier.

Élément-aire, l'aire nous est indispensable, mécaniquement, c'est ce que nous inspirons pour rester en vie.
L'air n'est pas qu'un composé chimique, il contient de l'information. C'est par lui que le son nous parvient pour l'essentiel (les-sens-du-ciel), il est la voix de ce que l'on entend.
Les multiples fréquences du son et autres ultra-sons ne sont pas toujours audibles à notre conscience, en revanche, notre esprit se charge de nous les communiquer...
L'air est avant tout un transporteur de messages, des messages issus de l'invisible, c'est un élément céleste de par sa légèreté. L'air est ce qui nous inspire.

Élement-terre, la terre est notre propre chair, c'est notre corps, c'est chez nous.
Le corps est composé pour 80 % au minimum d'eau, l'eau est également un élément messager. Celui-ci est terrestre.

Enthousiasme

Enthousiasme : en-tous-y-a-âme. C'est la faculté de réjouissance, inconsciemment nous nous sentons entourés et enveloppés par le vivant.
L'enthousiasme est une forme de clairvoyance inconsciente. Au sens littéral, c'est, avoir l'étincelle divine en soi.

Fainéant

Des faits, réduits au néant, absence d'activité aussi bien physique que mental...

Folie

Qu'est-ce que la folie, si ce n'est que le feu en présence de l'eau qui est sensé l'éteindre et qui ne remplit pas son rôle. Normalement complémentaire l'un de l'autre, mais pas allier, eau et feu qui s'entendent est une pure f...

Indivisible

L'indivisible : Qui ne peut être divisé, séparé, distingué en parties ; ce qui ne peut être dissocié.
L'un-dis-visible, l'UN étant l'unité, la création, le point de départ; dis du verbe dire et visible.
Cet adjectif démontre clairement que l'on ne peut se dissocier du tout, de ce qui forme l'unité. Il démontre qu'il existe des liens entre toute chose et avec notre origine.

Information

Un-formation, c'est l'UN et formation qui a pour racine le verbe former. Se résume à recevoir des données en provenance de l'UN et leur donner une forme.
Voir l'article sur l'information.

Intention

Intention: in-tention, on pourrait l'écrire de cette façon: un-tend-tension.
Le verbe tendre vers quelque chose crée la tension émotionnelle afin que l'UN puisse crée et se réaliser.

Lettres

Une lettre écrite de lettres pour constituer des syllabes qui forment des mots, qui élabore des phrases...
Que l'on met dans une enveloppe et hop dans la boite aux...!

Lunettes

Lunettes : c'est, lire en plus nette

La matière

La matière qui nous est si chère ou chaire pour les circonstances.
L’âme à tiers...Une personne est constitué de trois parties : le corps,le mental et l'esprit, que l'on nomme l'ÂME..
C'est pour cette raison que nous parlons d'âme du monde car, la matière comme toute chose a une âme.

Ordre et désordre

Nous sommes toujours enclin à l'ordre par nature, nous vouons un certain rejet pour ne pas dire dégout pour certain d'entre nous au désordre.
Si l'ordre est synonyme d'harmonie, le désordre lui nous renvoit cette image du règne du chaos.
Mais qu'en est-il vraiment de ces deux visions ?
L'amalgame entre chaos et complexité est courant, pour ce qui est de l'ordre, il est inutile de revenir dessus tant la clarté est évidente.
Pour le désordre en revanche c'est plus COMPLEXE: des-ordres n'est en fait rien d'autre qu'un ordre pluriel, dont notre approche limitée à concevoir plusieurs ordres comme un et unique ordre.
Cela est dû à notre ignorance et la linéarité de notre regard, une seule chose à la fois c'est plus facile effectivement...
La recherche de lien qui pourrait sceller les différents ordres (désordres) est une tâche ardue tant la remise en question de notre Conception du réel est déstabilisante.
Nous sommes des sédentaires à la recherche d'une sécurité totale et nous faisons face à un réel qui se révèle plus grand, plus riche, plus mystérieux que notre jeune conscience peut entrevoir.

Les oiseaux en symbole de nos désirs d'élévation

Pantalon

Pantalon, s'entend par pend-aux-talons

Chaussure

Par temps froid, marcher pieds nus à même le sol est assez difficile, alors pour être sûr d'avoir chaud, il faut enfiler les chaud-sûres, sûres au pluriel en raison de la paire.

Papier

Papier ou pas-pied, quel rapport entre l'objet et l'action de marcher ? Pour éviter le déplacement, rien ne vaut une lettre (papier) pour porter les nouvelles au loin lorsque l'on est dans l'impossibilité de s'y rendre, distance, maladie, manque d'envie...

Partiel, partielle

Partiel au masculin, c'est la part du ciel : par-tiel, le ciel étant un élément terrestre.
Au féminin c'est : parti-elle, ou partie-d'elle ? L'âme est Céleste et féminin.

Passerelle

Passerelle : passer-elle autrement dit passé-par-elle.

Pédoncule

Le pédoncule est généralement la tige qui relie un fruit, un légume ou une fleur à sa branche mère. C'est par le pédoncule que l'on arrache le fruit de l'arbre. C'est donc la tige par lequel vous saisissez une pomme ou poire...Pédoncule : pet-dans-cul. C'est tout de même drôle une telle imagination...

Potentiel

Avoir un potentiel c'est avoir un ou des dons.
Pot-en-ciel, les pots ça fait fleurir, c'est un symbole de la fertilité pour les graines, les plantes.
En ciel, inconsciemment, c'est la référence au céleste, lieu de tous les pouvoirs.
Sommes-nous pas tous des enfants(graines) dans un pot(terre) venus du ciel ?

Rêver

C'est un terme qui engendre toute notre imagination, et ce, quel qu'en soit le sens par lequel vous le prenez.
Rêver est un terme palindromes : c'est à dire, un mot qui se lit dans les deux sens...
R =l'air É= énergie V= c'est le contenant(vase) qui recueille votre imagination et ce qu'importe le sens.

Semer

Semer: se-aimer, semer c'est se nourrir et répandre de l'amour pour approuver notre être et ceux des autres, c'est accepter notre existence telle que nous sommes.

Soigner

Se soigner, prendre soin de soi et de bon aloi dans une société ou le discours et les croyances font bon ménage.
Soi et Nier, il ne viendrait à l'esprit de personne que cet acte de se soigner, soit une action du déni de soi-même... Alors, que nous dit ce terme ?
Il nous révèle que le fruit de nos croyances est puissant, donc que nous avons un pouvoir.
Un pouvoir de décision sur nous-même, qui nous rappelle l'erreur de toujours chercher les solutions dans le monde extérieur au lieu de nous tourner en notre FOR intérieur pour nous occuper (se soigner) de nous-même.

Stylo

Par son essence, l'eau est une messagère puisqu'elle transporte, aussi bien de la matière visible qu'invisible.
L'eau est symbole de fluidité, elle s'écoule en suivant une trajectoire, malgré les obstacles qu'elle rencontre, elle poursuit toujours sa voie, rien ne l'arrête, on peut que la dévier de son chemin...
Mais elle ne fait pas que s'écouler, elle peut également couler au sens de noyer, sombrer sous sa masse.
Le stylo ou le style de l'eau, car l'encre contenue dans un stylo est non seulement liquide et comme tout liquide, il coule, il transmet les messages écrits par son empreinte, mais il peut aussi par le contenu qu'exprime son texte, noyer, faire sombrer, des célébrités, des humeurs, et même plus gravement des vies.
L'expression : "elle va faire couler beaucoup d'encre", se refère aussi bien à l'écoulement en tant que mouvement, mais également au verbe couler, qui lui noie...

Cumin

Plutôt épicé comme humour que d'avoir à mettre la main au cu...fesses, cu-min = cul-main... Pour un élément culinaire.

Culminer

Au sommet de : du relief de la vie, euh de l'alimentaire... Le cul-miner, c'est se retrouver le cul par terre après l'explosion de sa tête par une telle imagination.

Fusil

Fusil: fus-il, paix à son âme, en inversant le sujet et le verbe on obtient: « il fus »(fut). Par la grâce du "T", l'orthographe l'a sauvé !? pas vraiment (futile)...

A suivre...


Image par Gerd Altmann