Le réel et la vérité

Le réel, la vérité et le vrai

Ces trois thèmes forment une triangulaire indissociable les uns des autres et sont probablement les sujets les plus complexes, tant ils sèment la confusion et les amalgames qui frisent parfois le chaos dans nos sociétés.
De débats houleux pour savoir qui dit vrai qui dit faux, qu'est ce qui l'est,qu'est ce qui ne l'est pas.
À celui de la vérité que certain s'auto-proclame être les détenteurs de la grande(vérité), par opposition à la petite vérité qui selon ces grands savants circulerait pour l'essentiel chez le petit peuple et qui ne serait que de l'opinion.
Et le réel qui est ce que tout ce monde oubli, dans son évidence tant il manifeste sa présence à tous les êtres vivants et à tout instant.

Qu'en est-il de tout cela ?

Il ne s'agit pas ici de substituer une vérité qui serait immuable et éternelle.
Seulement une tentative de mettre un peu plus de lumière sur ces sujets plutôt que de l'ordre.
L'ordre suppose une hiérarchisation des sujets, il en est point question, tant le réel et la vérité imposent leurs respects, notre ignorance est grande et l'ordre naturel de la création est complexe, cohérent et infini pour prétendre quoi que ce soit à son sujet.

Le réel

Le réel de toute évidence est ce qui s'impose à nous, sans aucune ambiguïté.
Il est point besoin de réfléchir sur son sujet, il est représenté par son aspect matériel.
Le réel est avant tout ce que l'on appelle la matière, est ce que tout le monde peut voir :

  • Un soleil
  • Une étoile
  • Un arbre
  • L'eau
  • Un morceau de pain
  • Un animal
  • etc.

Le réel se décrit pour l'essentiel, dans un langage commun par :

  • la forme
  • la couleur
  • la fonction

Toute autre considération relève de l'opinion (voir plus bas).
Aucun être ne peut nier cette évidence, tant que la description se résume à l'image brute que l'on perçoit.
Nul besoin de décrire la taille, la saveur, l'éclat des couleurs et encore moins l'importance que l'objet revêt.

La vérité

La vérité est le sujet qui divise le plus les civilisations, les sociétés, les communautés et les individus.
Elle est le symbole même de la division, la raison en est, qu'elle est multiple.

Qu'est ce que donc une vérité ?

La vérité est un ensemble fragmentée, éparse et dispersée.
Elle est pour la majeure partie dissimulée dans l'obscurité, elle est dans l'absence de lumière, ce que certains appelle les ténèbres.
Lorsque la lumière est présente en faible quantité, elle est recouverte par une ombre.
Parfois, la lumière ne suffit pas à la trouver, car elle se dissimule sous une apparence ou couverture.
La couverture, c'est l'apparence des êtres, les couches qui recouvrent la matière, exemple : la peau recouvre l'ensemble des cellules etc.

En résumé, la vérité c'est ce qui est mis en lumière, c'est tout ce que l'on ne voit pas, C'est ce qui est INVISIBLE, et lorsque c'est apparent, il faut enlever la couche visible pour voir ce qui se cache en dessous ou contient en son intérieur.
La vérité, est ce qui rendu visible par la découverte, l'analyse, la résonnance et le raisonnement.
C'est le résultat de nos recherches, de ce que nous découvrons que nous nommons une vérité...
Enfin, dans un monde où le mouvement est perpétuel où tous bouge, change en permanence, la vérité serait avant tout une Direction et la lumière, la lucidité ou la conscience, en sont les guides.
La vérité en tant que direction sur le chemin qui mène à la liberté, est l'expression ultime de la création.

Le vrai

C'est la similitude qui existe entre ce qui est vrai et la vérité, qui est à l'origine des amalgames dans la société.

Ce n'est pas la même chose, quelle est leur différence ?

Le vrai n'est qu'une notion de la vérité, la différence, c'est qu'elle ne peut être partagée avec les autres ou très peu, car elle est d'ordre individuel.
C'est notre petite vérité singulière, elle relève donc de ce que nous appelons la subjectivité.
Ce qui est vrai pour moi ne l'est pas forcément pour un autre. Exemple :

  • J'adore le chocolat et c'est vrai, mais ce n'est pas le cas de mon voisin.

  • Il fait très chaud aujourd'hui, je transpire. C'est vrai, mais certain trouve qu'il fait bon, alors qu'un autre trouve les températures un peu juste, voir frais, etc.

  • Je crois en l'existence d'une énergie créatrice et c'est vrai...
    Un autre pense qu'il s'agit d'une entité qu'il appelle Dieu et c'est vrai pour lui.
    Un autre dira que tout ça, c'est des foutaises, que la vie n'est qu'accidentel, il n'existe rien d'autre que la vie telle qu'il la voit, c'est vrai aussi...
    Quelqu'un qui vit dans l'obscurité ne peut voir l'existence de la lumière, parce qu'il ne l'a voit que très peu, donc elle ne peut être réel, ce qui est également vrai.
  • etc.

Le vrai, relève d'une catégorie que l'on nomme OPINION.
Mais ce n'est pas parce que c'est une opinion que cela n'est pas vrai, c'est juste insuffisant pour être constitué en vérité.
Le vrai est une parcelle, un morceau d'une vérité, c'est une vérité incomplète pour l'ériger en tant que tel. Les opinions, reflètent l'expérience de l'individu qui émet son avis, c'est le résultat de son niveau de vécu et à ce titre, on ne peut l'offusquer de sa VÉRITÉ, qui lui est propre, parce que vrai pour lui.
L'opinion individuelle, il ne faut pas l'oublier, est le résultat de la recherche de la vérité par chacun de nous.
Individuellement, nous sommes confrontés à la recherche d'une vérité qui se doit de l'être pour nous-même, mais aussi pour celle qui s'inscrit dans le collectif.

Résumé de ce paragraphe qu'est le vrai.
Le vrai l'est et est une expérience que l'on vit individuellement, dans la quête de notre propre vérité.
Nous devons trouver celle qui nous concerne en tant que moi et celle qui relie ce "moi" aux autres, au monde, à l'univers, et au processus créatif.
La vérité est d'ordre universel, elle peut-être reconnue et partagée que partiellement par une partie de la communauté humaine.

Mais alors pourquoi tant d'amalgame ?

L'homme est un être doué de raison, donc un sujet sensé ! Il cherche avant tout à comprendre la finalité, le but ou l'objectif d'un processus créatif qui le dépasse.
Un processus créatif dont la vie est son expression, l'homme étant à la fois un acteur actif dans ce processus, comme il est une manifestation, expression ou volonté de cette même création, il tente de comprendre quel est sa place et son rôle dans le déroulement de ce processus.
Le sens est un terme qui se définit par : la finalité et la direction.
Il se manifeste sous forme d'activité qui peut être à la fois intuitive de par la sensibilité, c'est l'inspiration.
Et du mental par la raison discursive (intellectuel). L'un résonne et l'autre raisonne.
L'ingnorance c'est de penser que c'est soit l'un ou l'autre, certe, certains utilisent l'un plus que l'autre, mais pas l'un sans l'autre, ils sont complèmentaires.
Le sens, c'est ce qui lie ou lis, il est la lecture et le lien entre tout ce qui forme notre réalité (réalité est le féminin du réel, voir l'article sur les principes du féminin et du masculin).
Le sens, est le symbole de l'unité même, il est le langage de l'un, c'est la balise uni-vers-elle.
Le sens que l'on pourrait résumer par le terme de sagesse.


Conclusion

À l'échelle individuelle comme collective, il est quasiment impossible en l'état actuel de notre connaissance, de nos longévités de voir, comprendre et détenir la Vérité, appeler parfois la grande vérité, par opposition aux petites vérités que représente "le vrai" dans cet article.
Pour reprendre un vieil adage et faire un parallèle avec la lune, il se résume ainsi : la vérité est aux humains, ce que la lune est aux marins, ils ne peuvent jamais la toucher, mais ils s'en servent pour s'orienter...
Le réel tel qu'il nous apparaît est sans discussion possible pour ce qu'il est, tant qu'il tient à cette définition matérielle et même souvent conventionnelle, pour la majorité des hommes, une explication à caractère officiel peut suffire à les rassurer.
L'homme et le déni, tel pourraient se résumer cet article sur le réel, il est souvent plus facile de se rallier à une opinion majoritaire, qui est sécurisant, que de s'en tenir à ce que l'on ressent vraiment au plus profond de soi.
Ce déni, est dû dans la plupart des cas à l'histoire, au vécu des hommes, à son évolution, mais également au manque de langage, que l'officiel diffuse et prolifère de tous les côtés, provoquant une véritable confusion et une culpabilité dans l'esprit des citoyens, au point de n'oser entreprendre ou exprimer ce qui peut paraître comme une ignorance, ou une faiblesse, donc une honte de manifester sa différence.
Mais qu'en est-il du réel, qui de sa partie la plus importante, c'est-à-dire, celle qui est invisible, immatériel qui est quasiment occulté, n'est-elle pas une réalité à part entière ?
Doit-on faire abstraction de notre sensibilité pour décrire cette autre réalité du monde, faire comme si cela n'existait pas, sombré dans le déni sous prétexte que l'on ne la voit pas ?
La sensibilité des uns et des autres diffère, si bien que l'accession à la réalité ne peut se faire par le même chemin.
L'ignorance est souvent prise comme prétexte pour maintenir l'individu à sa place, appelé poliment par ce doux nom : la nescience, l'ignorance à bon dos.
Ce qui est habile de la part des héritiers de l'histoire que nous sommes, le modèle masculin de la domination par la force et la ruse sont monnaie courante dans le monde de l'ego, même celui du savoir...
Nous sommes tous l'ignorant de celui qui en sait plus que nous et à ce titre celui qui sait, se doit d'accepter, que l'on ne sache pas, car lui non plus ne sait pas qu'il est un ignorant ! C'est le savoir humble...
La vérité avec un grand V, tout comme le réel ne peuvent s'appréhender uniquement par une vision matérialiste.
Elle doit également l'être par la voie spirituelle, ce n'est que la fusion des deux visions que l'on peut s'en rapprocher.
C'est par notre bon sens à unir, notre "vrai" singulier avec la vérité de la création que l'on pourra apercevoir toute la cohérence et l'étendue du réel.