L'optimisme

Le verre à moitié plein ou à moitié vide !

Quoi de plus populaire que cette expression ! Que signifie vraiment cet adage ?
Elle résume à elle seule toute la complexité de notre vie quotidienne. Voir un verre, tout le monde est à peu près d'accord sur l'objet, voire la quantité de liquide qu'il contient, par-contre, tout un monde, que dis-je :

verre à moitié plein par le haut
Un verre à moitié... Qui résume notre trouble de la vision

un univers nous sépare sur sa définition, ou plus exactement sur sa VALEUR !
Alors c'est 'Plus' ou 'Moins', est il, plutôt plein ou vide par sa moitié !? À défaut de trouver une vraie réponse par + ou par - la seule certitude dont on dispose c'est que l'on obtient une DIVISION, pas étonnant que les mathématiques nous soient si incompréhensibles ! !!

Les arguments

À travers cet exemple, on mesure toute la difficulté d'une communication. Pour commencer, utiliser les mathématiques pour affirmer une opinion et lui donner un caractère scientifique pour le rendre irréfutable, relève de la maladresse. On ne peut mesurer, quantifier une valeur dite morale avec des chiffres... Tout du moins, nous ne savons toujours pas mesurer le poids d'un sourire ou celui d'une larme, les émotions n'ont pas d'unité de mesure...

L'optimisme et le pessimisme

L'opinion, exprime ici les traits de l'optimisme ou du pessimisme selon les personnes. Que valent vraiment ces deux tendances, ont-elles un fondement quelconque, pour les ériger en valeur ? Pour certain, elles ne sont que relatives, puisque leurs valeurs peuvent s'inverser :
Cette vision est purement du domaine de la raison mathématique du plus et du moins. Cependant, si on fait une analyse sur un plan de l'esprit, lui intègre le Cœur dans sa considération, alors on obtient une vision différente du problème posé. L'optimisme est une émotion qui nous transcende, et nous projeter vers le haut, sur l'unité, la création et une vie spirituelle, car l'optimisme repose sur la foi. Tandis ce que le pessimisme, nous conduit dans les profondeurs du nihilisme et de la mort, puisqu'on s'en fout ça ne sert à "rien", de... Vivre.

Les deux grenouilles

Cette histoire l'illustre parfaitement :
Deux grenouilles aux abords d'une ferme, se défier à celle qui fera le saut le plus long. D'un bon à un autre, elles se retrouvèrent prés de l'étable, alors qu'elles effectuèrent un saut en même moment, elles tombèrent dans un seau à moitié plein de lait que le fermier dans la hâte à laisser là.
Au bout d'un laps de temps, elles commencèrent à fatiguer de patauger dans le lait. Ne trouvant pas à quoi s'accrocher pour en sortir, le désespoir commença à les fatiguer, la plus pessimiste dit :
-Comment allons-nous faire pour sortir de là, je n'en peux plus, je suis fatigué de ramer.
-Continus de nager, on trouvera bien une solution, lui répondit la plus optimiste.

Le temps passa, la pessimiste au bout du désespoir, se laissa aller et périt noyer dans le lait. La seconde, bien que fatiguer, continua désespérément de ces petites pattes à battre le lait...
Si bien qu'au bout d'un certain temps, il se forma une motte de beurre, qui constitua un appui et lui permit d'en sortir. Ce n'est pas parce que nous ne nous voyons pas la solution que celle-ci n'existe pas, mais pour la découvrir, il faut avoir la foi.