Bienvenus

L’un-des-sens, pourquoi un tel titre ?

Avant tout par amour du langage et par extension celui des mots. Le langage oral ne s'adresse pas uniquement à la raison, mais aussi et plus important à : l’âme, ce que certains appellent le langage de l'âme, d'autres le nomme le langage des oiseaux... On y reviendra sans doute plus tard.

les sens ou l'essence ?

Si la vie est une symphonie ! Alors, les mots en seraient les notes, le guide de la partition, comme pour les notes musicales derrière chaque mot, il y a un son, n’est-ce pas qu’au commencement : était le verbe, mot qui invoque l'acte dans une direction, avec un paneau indicateur qui serait : le son.
Les mots émettent leurs propres vibrations, qui sont en rapport avec leurs sens. Certains mots ont des vibrations plus puissantes et plus nettes, les nuances de leurs sonorités, sont dus aux longueurs et a l'amplitude de leurs ondes dont ils sont formés. Certains mots sont plus chargés que d'autres par l'usage qui en est fait. Ils peuvent être plus accentués que d'autres selon l'élaboration de la langue utilisée.
Dans un monde vibratoire, les sons -sont- (désolé c’est difficile de lui échapper) une expression orale plus proche du réel que ne l’est le langage écrit, par la grammaire et en particulier l’orthographe, élaboré par les premiers hommes (des mal-entendants sans doute ? C'est de l'humour, j’en suis un !), et qui, pour des raisons pratiques, puisque les outils audio n'existaient pas encore, ont tenté de nous transmettre le sens des mots, mais, n'avaient pour support que, le papier...

La portée de la voix
À l'oreille, un mot n'est que bruit ordonné, au cœur c'est un son sensé....

Et il est quasiment impossible de retranscrire du son sur ce type de support. Il aura fallu attendre des millénaires plus-tard, pour qu'apparaissent les premières partitions musicales qui au demeurant, n'utilise que six notes pour exprimer toutes les sensibilités symphoniques universelles et humaines, dont notre âme saisit pleinement le sens, sans que la raison n'y trouve à redire. Là, ou le langage humain, a recours aux 24 lettres d'alphabet pour former des syllabes, ensuite des mots, des phrases, chapitres...pour essayer d'exprimer et de comprendre correctement la richesse dont il a hérité et dont il ignore jusqu'à la possession même de ces pouvoirs.

La voie de la raison et la voix des émotions

Ainsi, l'organisation vocable est là ! nous savons lire, écrire, énoncer, et pour certains avec dextérité, mais nous n'avons pas appris ou compris que les mots avaient aussi un son et donc avant tout apprendre à : écouter ces mots.

Une orthographe différente pour une sonorité identique
Aimer, souffrir, souffrir d'aimer ou aimer souffrir, à chacun ces mots !

Le son est subliminal, les mots, phrases émettent des vibrations sonores que le corps capte, aussi bien par l'oreille (la raison), que par le cœur (l'émotion), par ignorance, nous n'avons pas encore pris conscience de cette différence et de sa richesse.
En résumé, c'est uniquement sur la forme du langage écrit et ses règles, que nous transmettons, composons, instruisons, échangeons, etc. c'est exclusivement par : la forme, que nous utilisons les mots. Et que, nous n'avons toujours pas intégré leurs musiques émisent oralement, et qui fait vibrer notre âme de leur vibration sonore, qui véritablement donne le sens aux mots, c'est : le fond...

L’un-des-sens ou l’indécence ?

Si l’indécence, est synonyme de : impertinence, impoli, inconvenant, incorrect, voir grossier, c’est que sans doute l’impertinent ou l’indécent en question, n’aura fait que remettre en question par une expression non appropriée les dires du bien pensant ou orateur.
Cette remise en question dont la forme est déplaisante, n’en n’est pas pour autant dénuée de sens, c’est bien du fond avant tout dont il s’agit. La sonorité du mot exprime davantage le malaise de la situation, elle donne directement le fond de sa définition.
Vérifions cela de plus près : -in-dé-cence, commence par le préfixe : -in-, à l’oreille on ne fait aucune différence avec le -un-, viens ensuite le -dés- qui est synonyme du pluriel et enfin le -cence- que l’oreille entend par : sens. Hors, nous disposons de plusieurs sens, mais alors que sont devenus les autres sens ? c'est justement ce qui explique l’attitude de l'individu dont son indécence exprime une erreur de jugement par le manque des autres sens. L’indécence exprime ou rappelle que notre perception est erronée, puisque nous utilisons que -un- des sens dans notre analyse, et pour quelle soit correcte ou complète, il faudrait utiliser nos autres sens...
Ce site au titre provocateur : L’UN-DES-SENS, n’a d'autre objectif que d'essayer d’apporter sous un angle différent, une écoute ou une nouvelle lécture du langage oral, ainsi que, sur notre perception et interprétation des événements de nos vies.

Alors, pourquoi un titre aux allures provocatrices ?

Nous voilà plongés dans les multiples chapitres du langage oral et écrit. Si la grammaire et ces règles orthographiques demeurent en général toujours valable pour l'écrit, elles ont une portée limitée, lorsque l'on veut bien se donner la peine d'écouter l'oral et les chants de ces mots.... Si vous souhaitez en savoir davantage sur ces jeux de mots dont la subliminale murmure à votre âme toute la magie qui les accompagne, voici le lien : Les mots.... En vous souhaitant une agréable lecture.


Automne

L'automne :

saison de transition entre l'été et l'hiver, le changement de climat qui l'accompagne est progressif.
Des températures estivale sensiblement en baisse dans la plupart des cas, cette période que l'on appelle l'été indien, ou la douceur décline peu à peu, la pluie fait son apparition, avec parfois de la neige vers la fin de la saison.

Des couleurs automnales somptueuses
L'automne, saison aux merveilleuses couleurs !

L'automne se distingue surtout par sa luminosité qui décline chaque jour jusqu'à atteindre l'équinoxe entre 21 et le 24 décembre, qui est la journée la plus courte de l'année, bien sûr ces données ne sont valable que pour l'hémisphère nord.

Il n'y a rien de nouveau là-dedans ?

En effet, si ce n'était pour définir les saisons, Wikipédia et autre support, le font bien mieux et avec plus d'informations.
Le mouvement rotatif de la terre qui régit les saisons, et à l'automne l'inclinaison de notre planète fait diminuer la luminosité du soleil, donc les journées de plus en plus courte.
Dans ce processus de déclin, nous ressentons au fur et à mesure de cette baisse, comme un poids, une chape sur nos épaules.

Un moral en berne

Les conséquences directes sur notre perception en sont affectées, chaque jour qui avance, augmente le poids et accentue un mal-être, dont en général nous ne prenons pas conscience, de par son introduction progressive.
Dans la société, on peut l'observer sans difficulté, chaque personne subit cette affectation et à des degrés divers bien sûr, selon, si l'on est conscient de ce phénomène ou pas.
Les symptômes sont semblable à ceux d'une dépression, nos états d'humeur sont perturbés, généralement, c'est au matin ou c'est le plus conséquent, la grisaille du ciel rend l'atmosphère sombre et nous semble lourd, la fraîcheur des températures, souvent accompagné de pluie, déclenche en nous une humeur en rien de bien réjouissante.

Est ce la faute à la pluie ?

Non, la dépression atmosphérique, n'en est qu'un élément déclencheur...Suite...