La morale et l'Âme-orale

Qu'est-ce que la morale ?

Considérée comme une discipline indispensable dans les relations qui se tissent entre les êtres humains, elle est une règle auto-proclamée dans tous les courants de pensées, qu'elle soit religieuse, philosophique, athée, sociale ou politique.
La morale est l'outil incontournable dans les relations humaines dans toutes les sociétés, à défaut d'être reconnue comme universelle par son contenu et ses valeurs, elle l'est par son utilité. C'est par elle, que passe toute organisation, décision et action dans tous les domaines de la vie humaine.

Les valeurs de la morale

Si, il y a consensus sur son utilité dans toute société, il en est rien des valeurs qu'elle contient et surtout une disparité totale sur ses applications.
Au fil de l'histoire, la morale a subit des modifications, changée de valeur et transformée bien des moeurs.
Les pouvoirs, quel que soit leurs étiquettes se sont servis de la morale pour contrôler leurs citoyens, par toute sorte d'interdiction ou bravant un tel ou tel type d'actes.
Dans le monde contemporain demeure toujours certaines règles morales héritées du passé et à défaut on en a créés de nouvelles.

La généalogie de la morale

La morale a mis des siécles pour s'affiner, au fil des penseurs et autres sages qui ont su la décrypter, l'éclairer pour lui donner une valeur invariable dans la durée et reconnue universellement et qui n'est toujours pas assimiler par l'homme.
Par ordre d'apparition dans les sociétés humaines, il y a eu :

  • La force
  • La loi
  • La politesse
  • La morale

L'homme avant d'être attentif à sa sensibilité, était d'abord une brute.

La force :
Pour tenter de maintenir leurs associations que formaient les premières tribus-es, les hommes ont dû recourir en premier lieu à la force pour faire respecter l'ordre, qui était établi par le ou les chefs du moment.

La loi :
La sédentarisation faisant passer l'homme de tribu en société, a donné naissance à un organisme plus élaboré que l'on a nommé l'ÉTAT, ce qui a permis à la force de devenir une règle subit mais nécessaire à la vie communautaire, donc accepter de tous.

La politesse : L'évolution poursuivant son chemin et les multiples interactions des événements et le tissement des liens entre les membres de la communauté humaine, ont peu à peu conduit l'homme à découvrir sa sensibilité.
De cet élan et son désir d'améliorer le maintien de l'ordre, l'homme a compris que, la force génère d'elle-même, un désordre qui était lié à sa propre violence.
Peu à peu il élabora de nouvelles stratégies et en parallèle de la force, il créa les premiers principes de la politesse qui ont pour fondemment : le respect d'autrui, qui se propageront dans toute la société pour devenir une coutume.

La morale :
C'est probablement avec l'avènement de ou des religions que l'homme commença véritablement à se poser des questions d'ordre métaphysique et voir en lui un être sensible.
Une sensibilité qui le rattache bien plus qu'à un simple besoin de maintenir son corps en vie, il découvrira son âme.
Par effet miroir, il a compris l'importance et la valeur des choses, de toutes choses.
De questions en réponses, la profondeur de sa sensibilité lui révélera des idées qu'il transcrira en principes.
Des principes qu'il adoptera dans sa vie afin de l'aider à éviter et prévoir la souffrance qu'il a enduré durant toute sa jeune histoire et qu'il appellera : morale.

Les principes de la morale

Les principes de la morale, que l'on appelle des VERTUS, sont à la fois une méthode pragmatique du mieux vivre et donc moins souffrir.
Et d'autre part elles constituent des valeurs pour tenter de percevoir, comprendre et se rapprocher du mystère qui, subsiste en eux qu'est : la spiritualité qui les relit à l'immensité du monde intérieur comme à celui de l'extérieur.
Dans leurs principes et ce qui est très -important- à saisir, c'est un trait essentiel de leurs caractères, c'est que, ils ne s'appliquent qu'à Soi et rien d'autre qu'à soi, en aucun cas, ils étaient constitués dans le but d'asservir qui, que ce soit, ni quoi que ce soit en dehors de soi-même...
Les vertus dites cardinales :

  • La prudence
  • La justice
  • Le courage
  • La tempérance

La peur étant une émotion tétanisante face à l'épreuve, si bien qu'il faille utiliser le courage pour entreprendre, la prudence dans la démarche pour ne pas se jeter la tête baissée, être juste dans son intention, c'est-à-dire être équitable et s'ajuster en tenant compte de la situation afin d'être tempéré dans ses ardeurs.

  • Politesse
  • Douceur
  • Compassion
  • Gratitude
  • Fidélité
  • Sincérité
  • Bonne foi
  • Tolérance
  • Générosité
  • Humilité
  • Simplicité
  • Humour
  • Miséricorde ou Pardon
  • Pureté

Toutes ces vertus ne sont applicables qu'à soi...Rien ne doit être demandé, ni exigé des autres, ce qui serait contraire aux principes moraux.

La politesse son principe premier est : le respect.
La douceur dont l'importance est capitale dans tout ce que l'on entreprend, elle est symboliquement et pratiquement un gage de non-agression et surtout d'ouverture à l'autre.
La compassion cette qualité de vous mettre à la place de l'autre.
La gratitude, la reconnaissance pour tout le bien que l'on reçoit.
La fidélité, il ne s'agit pas ici d'une fidélité que l'on devrait à quelqu'un en dehors de soi-même, c'est ne pas se laisser corrompre par la tentation quelle qu'elle soit.
La sincérité, être clair à l'égard des autres, ne pas mentir.
La bonne foi, ne pas être dans le déni, c'est à dire ne pas se mentir à soi.
La tolérance, c'est parce que nous ne détenons pas une vérité compléte sur un sujet que nous devons être tolérant. L'intolérance ce pratique uniquement à l'égard de ceux qui manquent de tolérance.
La générosité, nous devons offrir le meilleur de nous même aux autres.
Humilité, ne rien prétendre, ni faire valoir quoi que ce soit.
La simplicité, être clair, transparent, sans détour, s'accepter sans préjugés, ni réflexion, c'est se fondre dans l'existence dans le silence.
Humour, éviter la gravité et retrouver la légèreté dans l'attitude comme dans les propos.
La miséricorde ou le pardon, il semble difficile pour nombre d'humain de pardonner, car il ya confusion entre pardonner et oublier. On ne peut et on ne doit pas oublier une chose ou quelqu'un qui nous a provoqué une souffrance, mais pardonner n'est pas oublier, c'est juste ne pas haîr, ne pas avoir de rancoeur etc...
La pureté, ne pas avoir de pensées négatives, obscures et autres...

L'âme-orale

Il semble évident que la morale ne peut être pratiquée dans un monde ou le mental règne en maitre par le biais de l'égo, ils sont presque antinomiques.
Le mental via l'égo ne pense qu'à lui, alors que la morale se partage entre le soi et l'autre, car l'autre c'est aussi soi...
L'âme-orale, est-ce que notre esprit essaye de nous transmettre afin de nous aider a dominer nos égos en éduquant le mental, mais si l'égo refuse d'entendre, il est difficile dans ce cas de comprendre ce qu'est une vertue morale.
Pour qu'un minimum de spiritualité (vie de l'esprit) puisse exister, il est important de suivre la sensibilité de l'âme-orale, le mental se situe entre l'esprit et l'égo, tiraillé par la peur celui-ci est plus sensible au langage de celle-ci qu'à celui du courage.

Est si facile que ça ?

L'évolution procède par étape comme c'est le cas dans l'histoire en général, mais pas que !
L'individu suit également le même processus qu'est sa propre évolution, en fonction des épreuves que nous rencontrons.
La vie nous offre une multitude de situations pour nous élever, mais accaparés par nos égos, nous demeurons dans l'obscurité de nos aveuglements.
La persistance de la vie à nous représenter la même épreuve est pour nous une véritable chance, si nous ne la saisissons pas, la fois d'après elle sera plus accentuée, parfois jusqu'à ce que nous en soyons malade.
Il est vrai que c'est souvent au fond du trou comme le dit l'expression populaire, que le déclic peut avoir lieu, c'est dans la stupeur, le silence ou la souffrance que l'égo se tait et que la voix de l'esprit résonne en nous.
L'autre voie est le coeur, mais c'est un canal qui demande une certaine pratique spirituelle pour saisir sa voix.
La voix du coeur porte un nom très populaire et répandue aux quatre coins du monde et elle est universellement partagée, cette voie ou voix c'est : l'Amour, mais c'est un sujet qui mérite d'être développé à part entière.